jeudi, octobre 26, 2006

Vers quelle « société de merde » allons-nous ?


Dans la version anti-américanisme primaire, il y avait un « Big Brother » qui surveillait tous les messages que vous adressiez par mail à des correspondants !... Ceux qui n’avaient pas internet pouvaient donc dormir tranquilles si toutefois ils ne dévoilaient pas tous leurs secrets sur leurs téléphones portables dont les communications pouvaient facilement être interceptées…. Mais tous ceux qui n’étaient pas dans ce monde de télécommunications n’étaient pas concernés. Maintenant ce n’est plus le cas. Il y a « Big Voisin » !

Si les lois françaises sur le harcèlement moral, le racisme et l’antisémitisme me paraissaient à bannir pour retrouver un certain espace normal et légitime de liberté individuelle, nous n’en n’étions jusque là qu’à la théorie et les accusations et procès pour ces infractions difficiles à prouver étaient rares. Bien plus que pour les atteintes aux « discriminations» où des commandos provocateurs se mettaient en place pour voir si tel ou tel serait susceptible d’être en infraction.

Sur France-Info en date du 24 octobre dernier, c’est un pas de plus qui vient d’être franchi par la société française vers la privation de nos libertés de penser les plus élémentaires. Une commune du nord de la France vient de mettre en place une unité spécialisée pour réprimer non seulement les actes, mais les propos racistes et antisémites, mais aussi pour lutter contre toutes les discriminations dont les citoyens pourraient être victimes. Et le Maire est interwievé pour nous faire l’éloge d’une telle mesure et une enquêtrice nous parle de ses méthodes d’investigations et nous met en avant quelques cas.

Pour étayer des accusations de propos racistes elle va rien de moins que d’interroger les voisins pour voir s’ils n’auraient pas été, eux, témoins de ces propos et ce qu’ils pensent de la moralité de la personne accusée…. Je n’étais pas né en 1940, au moment de la collaboration avec l’occupant, mais les possibilités d’arbitraire de telles méthodes me donnent le vertige !

Cette « policière» enquêtait aussi sur une plainte déposée par une plaignante qui « n’aurait » pas été engagée sur le fait qu’elle aurait été trop grosse. Il importait alors de faire « rendre gorge» à un tel recruteur qui violait la loi !

Au secours ! Où allons-nous ?

A chacun demain de s’enfermer et de se méfier de ses voisins comme aux plus beaux jours de l’Allemagne de l’Est ou autres états aux mains de tyrans. Et cela semble rien de moins que d’entrer dans les mœurs de la population française. Les français sont tellement « veaux» qu’aucun ne semble se révolter. Aucun « journaleux », nourrit au politiquement correct ne semble voir revenir cette possibilité d’arbitraire et ne s’élève contre de telles pratiques. A une époque où l’on peut facilement faire 2 ans de prisons sur les simples dires d’un enfant et le « délire » d’un juge d’instruction, où allons-nous ?

Ces lois liberticides qui voulaient vous empêcher de penser, étaient déjà insupportables, mais que des unités de policiers soient créees dans le seul but de susciter de la délation de la part de voisins, m’écœurent. Le stade de la veulerie vient d’être atteint par les français qui ne disent mot sur de telles pratiques. Mais jusqu’où devrons-nous laisser légiférer, au XXIème siécle et au pays qui a fait la Révolution pour moins que celà, des politiciens sans aucune envergure qui conduisent, ni plus ni moins, la France dans des époques que je croyais pourtant révolues.

Il est vraiment temps de les mettre dehors. Fasse que 2007, nous apporte cette clairvoyance ou c’en sera fait de la France et que nous nous dirigerions alors vers une nouvelle Révolution. Il ne peut en être autrement.

2 commentaires:

Caccomo a dit…

A propos, que fait-on pour les candidats à des concours publics qui sont chassés parce qu'ils sont jugés trop libéraux ?

Libéralisateur a dit…

Cette société - au contraire de ce que défendent tous les honnêtes gens de gauche - est de plus en plus injuste et en particulier pour le point que tu soulèves.

Le Pen dénonce ces jours-ci dans "Le Monde", toute l'impartialité des fonctionnaires de justice et souhaite la suppression de l'Ecole de la Magistrature, dont le recrutement d'ailleurs doit correspondre à la partialité que tu dénonces.

Ta question est : "Que fait-on ?" De mon point de vue, je ne ferais pas comme ceux qui nous gouvernent, une grande déclaration (qui elle ne sera pas relayée dans les médias) pour "condamner fermement une telle attitude", cela ne déboucherait, comme pour eux sur RIEN.

Je ne peux que faire des vœux pour voir cesser cette République qui passe de plus en plus de la "bananière" à la "mafieuse". Et comme toujours dans ce genre de situation, c'est l'habitude et l'impunité qui créent le "faux pas ". Et celui-ci de plus en plus insupportable pour un nombre de plus en plus grand de français, va bien finir par être sanctionné par ces électeurs. Au dela du printemps 2004 pour l'UMP, c'est surtout en mai 2005 que les français ont vu qu'ils pouvaient "changer" la France. Comme l'aurait dit Lincoln " On ne peut tromper tout le monde tout le temps" et les français ont encore un bulletin de vote "Grâce à Dieu".

Il faudra alors à la prochaine alternance, faire "la chasse aux sorcières". Cela nous aura au moins appris cela.